L’ABSOLU

L’absolu est un grand mot. Un terme dont chacun se fait plus ou moins une idée, quoique personne ne sache bien le définir. En philosophie, on parle rarement de l’absolu en un sens précis, technique. Hegel s’y est risqué. On ne l’a guère compris. Hegel parle de “savoir absolu”, de “religion absolue”. Par absolu on entend “définitif”, “total” et l’on a jugé que ce n’était là que forfanterie de la part de Hegel. On ne joue pas avec l’absolu. C’est un mot énorme qui désarme la réflexion ou bien suscite une ironie facile – comme si seule une philosophie naïve pouvait encore s’intéresser à l’absolu.

Il est pourtant une manière positive d’appréhender l’absolu qui consiste à prendre acte du vague qui s’attache à lui. L’absolu, d’emblée, se donne pour irreprésentable et, plus encore, paraît excéder toute représentation possible. Or sous ce jour, précisément, l’absolu se laisse découvrir comme un fait. Le fait d’être.

Certes, un lecteur averti pourra juger inopportun de rapporter l’être à l’absolu. L’être est un concept déterminé dans la tradition philosophique, en effet, tandis que l’absolu n’est guère qu’un mot vague. De sorte que rapprocher les deux termes paraît conduire à noyer la détermination de l’un dans l’incertitude de l’autre. Ensuite, l’être renvoie à un état de fait tandis qu’à l’absolu, quelque incertaine soit sa définition, est immédiatement attachée l’idée d’une valeur, notamment religieuse. Intuitivement, l’absolu est ce qui vaut au delà de tout ce qui est ; de sorte que l’identifier à l’être serait prêter à ce dernier une qualification qu’il ne comporte pas en lui-même.

Aussi bien faut-il d’abord oublier l’Absolu avec un grand “A”, pour considérer seulement les choses de manière absolue – c’est-à-dire non pas pour ce qu’elles sont mais en tant précisément qu’elles sont. Ce que nous tenterons de faire ci-après en premier lieu, en nous demandant ce qu’est une chose en tant que chose.

Signalons que nous traitons plus avant de l’absolu en 1. 15., où nous récapitulons également les textes présentés sous la rubrique l’Absolu.