1. 14. La religion I (1. 14. 2/1. 14. 13)

Face aux particularismes culturels des innombrables formes de culte propres aux diverses sociétés humaines, la philosophie religieuse ne peut qu’être conduite à se demander si elle a un objet général.

Télécharger le texte (75 pages)La religion I. Cliquez sur le lien pour ouvrir le document ou faites un clic droit « enregistrer la cible » pour le télécharger directement.

Sommaire :

1. 14. 1. – L’idée de religion

A) La religion première

Incertitude du concept de religion. Les Indiens Tupi-Guarani. La religion comme phénomène naturel. Des religions dans la préhistoire ? Le monothéisme premier. Hume. L’histoire naturelle de la religion. Religion et religiosité.

B) Religion et société

La religion comme fait social. Religions d’Etat dans l’Antiquité. Impact de l’idée d’Empire. Le Dieu universel. Le culte d’Aton. L’intolérance religieuse et le monothéisme. Le martyre des premiers chrétiens. Les faux-semblants de la tolérance païenne. Séparation du public et du religieux. La religion civile. La doctrine du statu quo de saint Paul. Hobbes. Rousseau. Locke. La Lettre sur la tolérance. La religion renvoyée à la sphère privée. Un point de comparaison : la condamnation des hérétiques chez Thomas d’Aquin. Foucault. La gouvernementalité. Fonctions sociales de la religion. “L’opium du peuple”. Lamennais. Caractère premier ou dérivé des phénomènes religieux. La chute de l’Empire romain. Durkheim. Animisme et naturisme. Les mânes. Primitivisme vs naturisme. Durkheim. Religion et intelligence. Le profane et le sacré. Le totémisme. La religion à la source de la pensée logique et comme facteur d’humanisation du monde. La religion comme sublimation de l’ordre social. D’un aveuglement inhérent à la conscience religieuse. Une croyance collective dominante doit-elle être partagée de tous ? W. R. Smith. Idée d’une histoire politique du religieux. Marcel Gauchet. La religion et l’Etat. Les grandes religions monothéistes ont précipité la fin du religieux. La religion comme parti pris d’irresponsabilité. Le Dieu transcendant marque la fin du religieux. La Sharî’a. Le rôle de l’Eglise dans la fin du religieux. A l’origine de la religion, une recherche de la dépendance et de l’hétéronomie. Maintien d’une expérience religieuse à la fin du religieux. Qu’elle peut être parfaitement vide.

1. 14. 2. – L’expérience religieuse

A) L’ascétisme

Religion et morale. Orphisme et pythagorisme. Plotin. Vers l’extase. L’ascèse chrétienne. La rédemption. Mortifications. La chasteté. Fanatiques et adversaires de la chasteté. Sur le mariage des prêtres. Castrations volontaires. De l’importance reconnue par saint Augustin à la sexualité. Ascèse obligatoire. Ascèse surérogatoire. Le monachisme et l’ascèse. De l’érémitisme au monachisme. La Règle de saint Benoît. Critiques de l’ascétisme monastique. La dévotion moderne. Défiance vis-à-vis de l’ascétisme d’un point de vue religieux. Contre la déification de soi. La religion comme engagement personnel. Son ambivalence.

B) L’expérience religieuse et son unité

Psychologie de la religiosité. La discontinuité essentielle de l’expérience religieuse. Marketing religieux. La foi peut-elle assurer seule une transfiguration de la personnalité ? Justifie-t-elle seule d’une conversion ? La vocation des clercs. Peut-on distinguer une expérience religieuse en soi ? William James. Les origines diverses de l’expérience religieuse n’invalident pas l’unicité de sa valeur spirituelle. Un tournant.

Iconographie :

600278203_Catacombs,

Catacombes romaines de Kom el-Chouqafa. Anubis en légionnaire romain.