2. 6. La contingence

A partir des années 60, le déterminisme a été mis en débat. De quoi s’agissait-il ? Essentiellement de renoncer à l’idéal d’une mécanique strictement linéaire selon laquelle, certaines conditions initiales étant données, un jeu d’équations différentielles permettrait de déduire tous les événements aussi bien passés que futurs affectant les phénomènes naturels. De là, l’idée s’imposa qu’il est impossible de prévoir. Que le déroulement des phénomènes naturels fait place à une imprévisibilité intrinsèque – c’est-à-dire que ne permettrait pas de réduire une investigation plus précise des mécanismes qui les régissent – face à laquelle l’approche statistique représente la seule connaissance possible. Cela même qu’Albert Einstein refusait, car Dieu ne joue pas aux dés !

Télécharger le texte (118 pages) : La contingence. Cliquez sur le lien pour ouvrir le document ou faites un clic droit « enregistrer la cible » pour le télécharger directement.

Sommaire :

I – Figures du possible

A) L’aléatoire et le hasard

Distinction de l’aléatoire et du hasard. L’aléatoire. Le hasard pur est une gageure. Générer informatiquement l’aléatoire. Le hasard objectif. Cournot. La difficulté à penser des séries causales indépendantes. Genèse de l’idée de hasard chez l’enfant. Les loteries. Des jeux longtemps interdits. Quand l’Etat profite de la propension des joueurs à se laisser abuser. Notre univers quotidien est encore largement magique. Quand l’univers est pour ou contre nous. Le plus difficile à penser dans le hasard est sa probabilité. Aristote.  Le hasard comme invitation au sens. Hasard et autobiographie. Contre l’écrasement du monde. Art, savoir et hasard. Le hasard comme principe de composition. Le hasard combinatoire. Deux attitudes face au hasard artistique. Leibniz : l’épuisement de tout ce qui peut être dit. Confusion entre le hasard et la contingence. Un étrange phénomène.

B) Le possible

Accorder la possibilité du possible. La contingence marque la possibilité du devenir et non l’indéterminisme. Contingence et vérité. L’argument dominateur et les futurs contingents.  L’argument de Diodore. Interprétations modernes. Aristote. Les futurs contingents. La portée morale de l’argument. Si le possible est, aucun savoir ne peut-il comprendre le monde ? Spinoza. Ce qui fonde la réalisation des possibles n’entre pas dans le champ de la science. Le principe anthropique. Selon le principe anthropique, on ne peut comprendre l’univers qu’en admettant qu’il devait accueillir l’homme. La contingence entre gloire et humilité de l’homme. L’inégalité de Carter. Le possible ne précède pas le réel. Bergson.

II. Les probabilités

A) Sous la loi des grands nombres

Elaboration du calcul des probabilités. Le pari de Pascal. Mettre en balance l’éternité et le néant. Une argumentation souvent mal comprise. De l’espérance à la plausibilité. Le calcul des probabilités comme rationalisation des modes de croyance. Laplace. L’approche fréquentiste : le calcul des probabilités appréhende la fréquence objective des événements. L’absence de finalité se traduit par la stabilité. Les méthodes stochastiques. La méthode de Monte-Carlo. Maîtriser la complexité en la ramenant à la régularité de l’aléatoire. Confusion entre probabilisme et indéterminisme. Les sondages. L’opinion publique n’existe pas. Le hasard permet de décrire des phénomènes surdéterminés. L’exemple de la Bourse. Le théorème de Bayes. Le probable a trait à l’actuel, non au réel. Un univers de propensions.

B) Le chaos et le Big Data

L’imprévisible évolution des systèmes dynamiques. L’effet papillon. L’attracteur étrange. Sur la complexité. Les fractales. La notion d’émergence. Contingence et continuité. La Data Science.

III – Figures du devenir

A) L’épicurisme

Epicure. Doctrines et maximes. Lettres. Lucrèce. De la nature. Contre le finalisme et contre le nécessitarisme. La contingence tient d’abord au fait de la masse ; premier facteur de désordre dans l’univers. La contingence du monde caractérise d’abord le fait que celui-ci se suffit à lui-même. Pas d’explications univoques. Un monde spontané et contraint. Le temps créateur. Pessimisme de la contingence

B) Charles Darwin. La descendance de l’homme et la selection sexuelle

L’inscription des êtres dans le temps. Les êtres dépassés par leur propre nature. L’héritage naturel de l’homme marque la contingence de son être. Rousseau, précurseur du darwinisme.

C) Hegel. Philosophie de la nature

Hegel romantique. La nature comme altérité. Dans les lois de la nature qu’il découvre, l’esprit ne découvre finalement que lui-même. Déduction transcendantale d’un crayon. Déterminations de la nature. La matière. L’espace et le temps. La pesanteur. La relativité hégélienne.

 Iconographie :

staatslotterie_hi

Van Gogh. La loterie nationale.

Max-Ernst-Collage

Max Ernst. Collage.

jackson-pollock

Jackson Pollock.

le-va03

Barry Le Va.

courbe de Koch

La courbe de Koch.

Attracteur

L’attracteur étrange.