Le destin et la grâce (4. 2. 2. / 4. 2. 13.)

Pourquoi pensons-nous nos vies en termes de sort ? Le sort est plus que la simple chance. Il inclut l’idée d’un destin, d’une histoire qui nous est propre, qui nous attend et que nous pouvons être anxieux de connaître par avance. Pourquoi donc ? Bien qu’il s’agisse là d’interrogations aussi pérennes que frivoles, sans doute, nous choisirons de leur accorder une grande importance.

Télécharger le texte (87 pages) : Le destin et la grâceCliquez sur le lien pour ouvrir le document ou faites un clic droit « enregistrer la cible » pour le télécharger directement.

Sommaire :

I. 1. Le destin

 A) Les conceptions classiques du destin

Représentations du destin chez les Grecs et les Romains. L’Anankè. Comme agents de pacification sociale, le destin et la fortune doivent demeurer indifférents. On ne peut confondre l’idée de destin et celle du déterminisme naturel. La nature nous ignore. Le destin nous concerne. Différence du destin, de la chance et de la nature. Le sens du destin à Rome. Les jeux du cirque. Différence entre le sort et le destin. La nature et non le destin s’oppose à la liberté.

B) La conception stoïcienne du destin.

Alexandre d’Aphrodise. Destin et providence. L’argument paresseux. La conception stoïcienne du destin est encore largement la nôtre. Le destin répond à un idéal de grandeur et non de liberté. Oedipe. Amor fati : deviens ce que tu es. La grande imbécillité cosmique. Boèce. Conceptions modernes du destin. Le christianisme. Leibniz.

C) Le choix de soi.

Quête de soi. Discernement musical. Une question de choix individuel. La réincarnation. Le Karman. Le samsara. La seule liberté est de s’abstenir d’être. L’étrange réapparition de l’idée de réincarnation dans nos sociétés. Le destin comme inconscient et la mise en crise du sujet. Le caractère intelligible. De l’importance d’un texte mal compris de Kant. Notre liberté fait notre destin. Il est peu d’exemple d’un texte ayant été a ce point mal compris, c’est-à-dire à l’envers même de ce qu’il dit. Nous comprenons si mal notre liberté que, pour la saisir, nous cherchons à savoir quelle nécessité nous porte.

D) Le succès contemporain de l’astrologie

Brève histoire de l’astrologie. Les objections classiques contre l’astrologie. Adorno. La lecture des horoscopes.

 I. 2. La grâce

A) Théologie de la grâce.

Le synergisme. Un Dieu qu’arrête la liberté humaine. Le péché originel. Un dogme formalisé par saint Augustin. Premiers et difficiles débats. Hors de l’Eglise point de salut. Le baptême.

 B) Les débats sur la grâce.

Augustin et Pélage. Le pélagianisme.  Grâce et prédestination. Les indulgences. Erasme et Luther. Calvin. Sectarisme. Un avilissement de l’homme sans précédent. La grâce et l’esprit de capitalisme. Max Weber. Débats chez les catholiques. Le jansénisme. Situation historique du jansénisme. Molinisme et banézianisme. Le franciscanisme et la grâce. La science moyenne.

C) Logique de la grâce

Exacerbation du thème de la grâce comme conséquence d’une contradiction fondamentale du christianisme. Malebranche. Un étrange Traité. Le salut pour tous ? L’apocatastase. Caractère valorisant de la grâce. La religion comme principe d’existence.