L’existence (4. 1. 17. / 4. 1. 23.)

Sartre a voulu aller au bout de cette idée que toute vérité renvoie à une existence. Cela ne fut pas sans d’importantes difficultés, qui amènent à sérieusement douter du bien-fondé d’une philosophie de l’existence. 

Télécharger le texte (59 pages) : L’existenceCliquez sur le lien pour ouvrir le document ou faites un clic droit « enregistrer la cible » pour le télécharger directement.

Sommaire :

A) Le concept d’existence

L’existence fit l’objet d’une conceptualisation tardive. Distinction de l’essence et de l’existence. Thomas d’Aquin. L’argument ontologique. Descartes et Leibniz. Kant. Le possible suit le réel. Hegel. L’Etre ne nous concerne pas seuls.

B) Les philosophies de l’existence.

Le concret ? Kierkegaard. En fait de vérité de l’existence, Kierkegaard ne renvoie finalement qu’à la foi. Une philosophie se voulant concrète. Une nouveauté philosophique ? Un précurseur oublié de l’existentialisme : Fichte. Une philosophie de l’homme. L’homme existe, c’est-à-dire qu’il est capable de s’arracher à l’être. La philosophie existentielle de Karl Jaspers. L’homme est projet. Il est impossible d’exister pleinement. La situation. L’existence se fonde sur une Transcendance inaccessible en elle-même. L’absurde.L’absurde comme condition de la liberté. Albert Camus.  L’homme révolté. Le besoin de désespoir. Maintenir Dieu, au moins pour se plaindre de son inexistence. Sauver le tragique. Que faire d’une liberté sans grandeur ? L’importance de la philosophie de l’absurde a finalement été négligé. Une foi en l’homme. La philosophie existentielle de Jean-Paul Sartre. L’en soi et le pour soi. Le solipsisme : et si ma conscience était le monde ? L’existence précède l’essence. La mauvaise foi. La facticité. L’homme est une passion inutile. Nous sommes condamnés à être libres. L’existentialisme et le problème moral. Une connaissance totale de l’homme est possible. La métaphysique sartrienne.

C) Critique de l’existence

Incohérence d’une identification de l’existence et de la liberté. Identité de l’essence et de l’existence. Aristote.

D) Heidegger et l’humanisme

L’homme, comme Dasein, a pour essence sa propre existence, c’est-à-dire son être propre qui est d’avoir à être ce qu’il est. La Lettre sur l’humanisme. Existence et humanisme.